#MedLab : 2018, Encore Une Année de Consolidation Intense !

Une fois de plus, L’année 2018 a été marquée par une phase de consolidation intense dans la biologie médicale avec encore 10% de sites de laboratoires supplémentaires absorbés par des acteurs nationaux. Résultat, à la fin de l’année, 50% des sites de laboratoire appartenaient à l’un des 7 groupes Nationaux (#Cerba, #Biogroup-Lcd, #Inovie, #Synlab, #Eurofins, #Unilabs ou encore #Laborizon).

diapositive1

Parmi les événements majeurs de cette année, les faits les plus marquants sont :

  • l’acquisition de Nationaux par des Nationaux avec les rachats du Groupe BIO7 et d’Accolab par CERBA
  • l’acquisition de groupes régionaux importants par des nationaux : Biopath-IDF par Unilabs, Biolab78 par Eurofins, et surtout Bioesterel par Biogroup-LCD
  • La consolidation d’acteurs régionaux dans Inovie passant de 9 SEL à 16
  • La fusion ou le rapprochement de structures régionales entre elles pour créer des acteurs locaux plus puissants (Labexa, Diagnovie, Dyomedea-Neolab…)
  • et la disparition de 65 SEL (Société d’Exercice Libéral) de moins de 15 sites sur les 360 encore présentes au 31/12/2017.

Au final, le total des SEL hors nationaux se retrouve diminué de presque 17%, passant de 403 à 336 sociétés de laboratoire.

Pour revenir sur l’histoire, nous continuons à noter une stabilité du nombre de sites de laboratoire pour un nombre de SEL diminuant d’année en année. Ainsi on constate une croissance importante du nombre de sites par structure (passant en moyenne de 1,5 avant 2010 à presque 9 aujourd’hui) et la faculté des acteurs d’intégrer de nouveaux laboratoires au sein de leur groupes.

En 2014, nous avions vu apparaître la première SEL de plus de 40 sites, voici qu’aujourd’hui une SEL peut avoir plus de 80 sites d’exercice, sans compter, bien évidemment, l’ensemble de la clientèle indirecte que peut comporter une telle structure.

evolutionbiologiemédicale

Dans le même esprit, on peut constater que la prise de possession du territoire par les groupes nationaux va au delà des zones à forte population, que ce soit en population  médicale ou en nombre d’habitants, et que dorénavant plus de 6 départements  appartiennent en totalité à des groupes de dimension nationale.

L’ensemble des chiffres présentés dans cet article exclue volontairement les réseaux nationaux « transversaux » (LBI, Armoris, … ) qui ont bien évidemment leur utilité et leur poids dans le paysage de la biologie privée en France, mais dont le manque d’attachement capitalistique des membres ne permet pas une analyse précise sur le long terme.

biologiemédicale-principauxacteurs

En ce début d’année 2019, beaucoup de laboratoires sont en processus de cession ou de rapprochement, représentant plus de 150 sites, d’après nos informations.

ComeXium Consulting, cabinet spécialiste des transactions d’entreprise de la biologie médicale (nombreuses références), propose aux biologistes de les accompagner dans leur réflexion sur :

  • la cession (alignement des intérêts, construction du projet de cession, choix des acteurs, gestion du processus de cession et de négociation, accompagnement au changement…)
  • l’acquisition (recherche de cibles, recherche de financement, évaluation, construction du projet,…)
  • le regroupement

Bertrand Guillot
Managing Partner
#ComeXium Consulting
Plus d’info : 06 71 83 15 23
bguillot@comexium.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s